Web Bibliotheque Climat

La web bibliothèque climat propose un accès gratuit à une compilation de rapports, études et articles de références sur la science climatique parus ces dernières années.

Changement de la température globale de la surface de la Terre

Global surface temperature change

Hansen, J., R. Ruedy, M. Sato, and K. Lo
Rev. Geophys.
14 déc 2010

Contrairement à une interprétation erronée répandue, la vitesse du réchauffement n’a pas diminué. La température du globe a augmenté au moins aussi vite dans la dernière décennie que lors des deux précédentes, malgré les fluctuations d’années en années associées au cycle d’El Nino-La Nina des températures tropicales océaniques. Le record de température sur l’ensemble des 12 moyennes mensuelles consécutives  depuis les relevés instrumentaux a été atteint en 2010. Il est probable que la moyenne des températures  sur 12 mois commencera à baisser dans la deuxième moitié de 2010. Le prochain minimum sur 12 mois surviendra probablement en 2011-2012, mais sera moindre qu’en 2008, et le prochain maximum en 2012-2014. Ce dernier provoquera probablement une nouvelle température globale record à cause du réchauffement mondial sous-jacent. Une explication probable de la divergence dans l’identification de l’année la plus chaude entre GISS (Institut Goddard pour les études spatiales) et NCDC (National Climatic Data Center) d’une part et HadCRUT(Hadley Centre and Climatic Research Unit)  d’autre part est le fait que l’analyse HadCRUT exclut une grande partie de l’Arctique, où le réchauffement a été particulièrement important la décennie précédente, tandis que GISS et NCDC évaluent les anomalies de température sur la plupart de l’Arctique. La température de la dernière décennie a été de 0.8° C plus chaude qu’au XXè siècle (moyenne 1880–1920). Deux-tiers du réchauffement est survenu depuis 1975. Pour arriver à cela, nous avons actualisé les analyses des variations de la température globale de la surface de la Terre du GISS, comparé les analyses alternatives et abordé la perception et la réalité du changement climatique. Des observations satellitaires de la lumière nocturne ont été utilisées pour localiser les stations de mesures situées en pleine obscurité et ajuster les températures des stations urbaines et péri-urbaines des facteurs non-climatiques, en vérifiant que les effets de l’urbanisation sur l’analyse du changement global restent réduits. Comme l’analyse GISS regroupe les mesures de température de la mer en surface avec les mesures des stations météorologiques, nous avons testé des choix alternatifs pour les données océaniques, montrant que le changement climatique mondial est affecté par le changement de température estimée dans les régions polaires où les observations sont limitées. Nous avons utilisé des moyennes sur une durée de 12 mois pour améliorer le contenu informatif de nos graphiques de température.

Abstract :

We update the Goddard Institute for Space Studies (GISS) analysis of global surface temperature change, compare alternative analyses, and address questions about perception and reality of global warming. Satellite‐ observed night lights are used to identify measurement stations located in extreme darkness and adjust temperature trends of urban and periurban stations for nonclimatic factors, verifying that urban effects on analyzed global change are small. Because the GISS analysis combines available sea surface temperature records with meteorological station measurements, we test alternative choices for the ocean data, showing that global temperature change is sensitive to estimated temperature change in polar regions where observations are limited. We use simple 12 month (and n  Å~ 12) running means to improve the information content in our temperature graphs. Contrary to a popular misconception, the rate of warming has not declined. Global temperature is rising as fast in the past decade as in the prior 2 decades, despite year‐ to‐ year fluctuations associated with the El Niño‐ La Niña cycle of tropical ocean temperature. Record high global 12 month running mean temperature for the period with instrumental data was reached in 2010.

It is likely that the 12 month mean will begin to decline in the second half of 2010. The subsequent minimum in the 12 month. running mean is likely to be in 2011–2012 and not as deep as the 2008 minimum. The next maximum, likely to be in 2012–2014, will probably bring a new record global temperaturebecause of the underlying warming trend.

A likely explanation for discrepancy in identification of the warmest year between GISS, NCDC, and HadCRUT analyses is the fact that the HadCRUT analysis excludes much of the Arctic, where warming has been especially large in the past decade, while GISS and NCDC estimate temperature anomalies throughout most of the Arctic.

Global temperature in the past decade was about 0.8°C warmer than at the beginning of the 20th century (1880–1920 mean). Two thirds of the warming has occurred since 1975.

Télécharger la ficheConsulter l'article en ligne

Températures

Un site du

Logo RAC-F

Financé par

Logo ADEME

Pour découvrir les conclusions du dernier rapport du GIEC, établi sur la base de ces articles scientifiques, rendez vous sur leclimatchange.fr

Conception et réalisation : Thibaut Caroli