Web Bibliotheque Climat

La web bibliothèque climat propose un accès gratuit à une compilation de rapports, études et articles de références sur la science climatique parus ces dernières années.

Changements estimés dans les précipitations moyennes et extrêmes en Afrique sous le réchauffement climatique. Partie II : Afrique de l’Est

Projected Changes in Mean and Extreme Precipitation in Africa under Global Warming. Part II: East Africa.

Shongwe, Mxolisi E., Geert Jan van Oldenborgh, Bart van den Hurk, Maarten van Aalst
Journal of climate
02 juil 2011

L’évolution probable des précipitations moyennes et extrêmes en Afrique de l’Est sont estimées à partit de modèles de circulation générale (GCM) préparé pour le rapport du GIEC. Les statistiques bayésiennes sont utilisées pour calculer le poids relatif de chaque membre de l’ensemble multi-modèles. Il existe de fortes preuves pour supporter un changement positif de la distribution de l’ensemble des précipitations en Afrique de l’Est lors de la saison des pluies. Les modèles donnent des indications sur une augmentation du taux moyen de précipitation et de l’intensité de fortes pluies  mais moins grave pour les sécheresses. Les tendances à la hausse de précipitations sont projetées depuis le début du 20ème siècle. Comme dans les observations, un lien statistiquement significatif entre le gradient de température à la surface de la mer dans l’océan Indien et de courtes pluies (octobre à décembre) en Afrique de l’Est est simulé dans les modèles (GCM). De plus, la plupart des modèles projettent un réchauffement de l’océan Indien lors de l’automne boréal. Cela est favorable à l’augmentation de la probabilité d’évènements positifs localisés dans l’océan indien, qui ont été associés à de fortes pluies anormalement courtes en Afrique de l’Est. En plus de l’augmentation générale des pluies dans les tropiques, due aux effets thermodynamiques, un changement dans la structure de la circulation de Walker dans l’hémisphère oriental est cohérent avec une augmentation des précipitations en Afrique de l’Est par rapport aux autres régions de la même ceinture latitudinale. Une caractéristique importante de ce changement est l’affaiblissement de la subsidence climatologique sur l’est du Kenya. L’Afrique de l’Est est connu pour être une région dans laquelle une projection cohérente des changements futurs de précipitations peut être réalisée, soutenue par des arguments physiques. Bien que le taux de changement reste incertain, quasiment tous les résultats indiquent un climat plus humide avec des saisons humides plus intense et des sécheresses moins sévères.

Abstract :

Probable changes in mean and extreme precipitation in East Africa are estimated from general circulation models (GCMs) prepared for the Intergovernmental Panel on Climate Change Fourth Assessment Report (AR4). Bayesian statistics are used to derive the relative weights assigned to each member in the multimodel ensemble. There is substantial evidence in support of a positive shift of the whole rainfall distribution in East Africa during the wet seasons. The models give indications for an increase in mean precipitation rates and intensity of high rainfall events but for less severe droughts. Upward precipitation trends are projected from early this (twenty first) century. As in the observations, a statistically significant link between sea surface temperature gradients in the tropical Indian Ocean and short rains (October–December) in East Africa is simulated in the GCMs. Furthermore, most models project a differential warming of the Indian Ocean during boreal autumn. This is favorable for an increase in the probability of positive Indian Ocean zonal mode events, which have been associated with anomalously strong short rains in East Africa. On top of the general increase in rainfall in the tropics due to thermodynamic effects, a change in the structure of the Eastern Hemisphere Walker circulation is consistent with an increase in East Africa precipitation relative to other regions within the same latitudinal belt. A notable feature of this change is a weakening of the climatological subsidence over eastern Kenya. East Africa is shown to be a region in which a coherent projection of future precipitation change can be made, supported by physical arguments. Although the rate of change is still uncertain, almost all results point to a wetter climate with more intense wet seasons and less severe droughts.

Consulter l'article en ligne

Sécheresse & Précipitations

Un site du

Logo RAC-F

Financé par

Logo ADEME

Pour découvrir les conclusions du dernier rapport du GIEC, établi sur la base de ces articles scientifiques, rendez vous sur leclimatchange.fr

Conception et réalisation : Thibaut Caroli