Web Bibliotheque Climat

La web bibliothèque climat propose un accès gratuit à une compilation de rapports, études et articles de références sur la science climatique parus ces dernières années.

L’hiver très froid de 2010/11 du Royaume-Uni serait dû à l’influence humaine

Lengthened odds of the cold UK winter of 2010/11 attributable to human influence

Christidis, N., and P. Stott
Bulletin of the American Meteorological Society
01 juil 2012

L’hiver de 2010/2011 commence au Royaume-Uni, avec le mois de décembre le plus froid d’une série remontant à 1910 et avec le deuxième décembre le plus du Centre anglais de température, ( ?), un record datant de 1659 (Manley 1974), avec une anomalie de -5,3°C pour la température mensuelle moyenne par rapport à la moyenne de 1961-90. Il y a eu plusieurs conséquences () de températures extrêmes, tels que la fermeture d’aéroports et d’écoles. Ce fut aussi une nouvelle expérience pour de nombreux enfants, où qu’ils vivent au Royaume-Uni, de vivre un Noël blanc. Ici nous avons remis cet hiver froid dans un contexte à plus long terme d’une variabilité et d’un changement climatique au travers d’une analyse de 353 ans de records de températures dans le centre de l’Angleterre et de l’application d’un nouveau modèle d’attribution d’intempéries extrêmes et d’évènements liés au climat. Parce que février était plus doux, avec une anomalie de température de 2,6°C, nous nous concentrés sur les deux premiers mois de l’hiver. En mêlant la moyenne des températures des deux mois pour décembre et janvier et la moyenne des températures de décembre 2010, qui fut particulièrement froid, bien que dans les deux cas ces températures soient sans précédent pour ce record multiséculaire.

 

Abstract :

The winter of 2010/11 began with the coldest December in the UK series dating back to 1910 and the second coldest December in the Central England Temperature (CET) record dating back to 1659 (Manley 1974), with a –5.3°C anomaly in the monthly average temperature relative to the 1961–90 mean. There were many adverse consequences of the extreme temperatures, including closed airports and schools. There was also the novel experience for many children, wherever they lived in the United Kingdom, of a white Christmas. Here we put the cold winter of 2010/11 into the long-term context of climate variability and change through an analysis of the 353 yr central England temperature record and the application of a new modeling system for attribution of extreme weather- and climate-related events. Because February was much milder, with a positive temperature anomaly of 2.6°C, we concentrate in this paper on the first two months of winter. Figure 14 shows how the early part of the 2010/11 winter compares to the other winters in the central England temperature record. Both the combined 2-month mean temperature for December and January and the mean December 2010 temperature stand out as exceptionally cold, although in neither case was the temperature unprecedented in this unique multi-century instrumental record. The question we seek to answer is whether the chances of such cold winter temperatures were greater or less in 2010/11 as a result of human influence on climate.

Télécharger la fiche

Températures

Un site du

Logo RAC-F

Financé par

Logo ADEME

Pour découvrir les conclusions du dernier rapport du GIEC, établi sur la base de ces articles scientifiques, rendez vous sur leclimatchange.fr

Conception et réalisation : Thibaut Caroli