Web Bibliotheque Climat

La web bibliothèque climat propose un accès gratuit à une compilation de rapports, études et articles de références sur la science climatique parus ces dernières années.

Risques du changement climatique pour l’agriculture africaine

Climate change risks for African agriculture

Muller, C., W. Cramer, W.L. Hare, and H. Lotze-Campen
Proceedings of the National Academy of Sciences
08 fév 2011

L’évaluation du GIEC sur les risques majeurs à venir dans les prochaines décennies pour l’agriculture africaine et la sécurité alimentaire, est confirmé par l’analyse des évaluations récentes des effets du changement climatique. Ici, 14 études quantitatives et 6 qualitatives ont été compilées. 14 des études analysées montrent que le changement climatique affectera négativement au moins certaines parts de l’agriculture africaine. Sur l’ensemble des régions du monde, l’Afrique serait la plus touchée par la perte des champs due  à la sécheresse. L’augmentation des températures exacerbe l’effet de la réduction de l’eau et de la pluie et peut partiellement réduire à néant les avantages obtenus par l’amplification des précipitations. Certaines régions sont exposées à une sévère diminution ou même la perte totale de la production agricole. Certaines cultures, comme le blé, semblent plus susceptibles de se réchauffer que d’autres (le millet) et des études qualitatives discutent des impacts qui pourraient s’avérer sévères suites aux effets indirects du réchauffement climatique. En effet l’augmentation du niveau de la mer, l’altération de la résistance des cultures aux dommages des insectes et de la réponse aux pestes et pathogènes causent l’inondation des terres arables, l’érosion et la salinisation. On observe aussi dans 12 des 14 études analysées qu’une partie de l’agriculture en Afrique sera positivement affectée. Selon les résultats estimés d’une augmentation des précipitations et de l’importance de l’effet fertiliseur du CO2, certaines régions pourront bénéficier de meilleures conditions de production. L’écart important entre les projections utilisables expliquent pourquoi l’impact estimé pour le niveau de la production peut aller de -100% à +168% dans l’économétrie (le test des modèles économiques), de -84% à +62% pour le processus, et de -57% à +30% pour les estimations statistiques. La recherche devra montrer si et comment la production agricole de l’Afrique peut augmenter significativement, en tenant compte de la croissance de la population et des menaces d’un impact négatif du changement climatique.

Abstract :

The Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) assessment of major risks for African agriculture and food security caused by climate change during coming decades is confirmed by a review of more recent climate change impact assessments (14 quantitative, six qualitative). There is very high confidence that climate change will negatively affect at least parts of African agriculture (14 of 14 studies). Of all major world regions, Africa is projected to rank highest in drought-caused yield reductions. Increasing temperatures exacerbate the effects of water and rainfall reductions and can partially remove any advantage that occurs as a result of increased precipitation. Some regions are at risk for severe reduction or even total loss of agricultural production. Some crops (e.g. wheat) are more susceptible to warming than others (e.g., millet) and some qualitative studies discuss the potentially severe impacts of indirect climate change effects such as cropland inundation, erosion, and salinization caused by sea level rise, altered crop resistance to insect damage and the response of pests and pathogens to climate change. There is also high confidence that African agriculture will be partly affected positively by climate change (12 of 14 studies). Some regions could benefit from improved production conditions as a result of projected increases in precipitation and the strength of CO2 “fertilization” has a large effect on projected impacts. This considerable spread between available climate projections explains why  projected impacts relative to current production levels range from −100% to +168% in econometric, from −84% to +62% in process-based, and from −57% to +30% in statistical assessments. With respect to growing population and the threat of negative climate change impacts, science will now have to show if and how agricultural production in Africa can be significantly improved.

Télécharger la ficheConsulter l'article en ligne

Alimentation & Agriculture

Un site du

Logo RAC-F

Financé par

Logo ADEME

Pour découvrir les conclusions du dernier rapport du GIEC, établi sur la base de ces articles scientifiques, rendez vous sur leclimatchange.fr

Conception et réalisation : Thibaut Caroli